lun 21 août 2017
Initialisation
réduire la taille du texte
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles
Favoris et partage

 

Les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem

Sur la voie littorale, un exceptionnel témoignage du passé.

Depuis longtemps les érudits savent que les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem furent jadis présents à Azur. L'existence d'un "précepteur d'Ezu" est attestée en 1206. L'implantation des Hospitaliers au nord de l'étang de Soustons s'explique par la forte insécurité de la zone marécageuse littorale, liée aux déversoirs des étangs, joints à l'embouchure de l'Adour au Plecq, hameau de Messanges devenu aujourd'hui Vieux-Boucau.

En bordure de l'ancien chemin public d'Azur à Messanges et Moliets, la fontaine Saint-Jean, souvent à sec en été, demeure avec les vertus qu'on lui prête, comme un souvenir des époques révolues. Or une présence continue d'environ neuf siècles, de la fin du XIIe au milieu de XVIIIe, devait bien laisser quelques traces. Celles-ci sont en effet assez considérables. Sans doute parce que situées dans des propriétés privées, depuis la vente des Hospitaliers de leurs biens ruraux vers 1750, conséquence de la désaffection du pélerinage de Compostelle, ces traces ont échappé aux chercheurs.

On peut aujourd'hui voir sur place:

1- Une motte féodale (fin du XIIe), jadis entourée d'eau sur trois côtés par le barrage de deux ruisseaux, prolongée jusqu'à l'église par une "basse-cour" ou terrain de manoeuvre.

2- La "borde", grange du XVIIe, bâtie sur le modèle ancien des granges charretières, mais aménagée spécialement à l'intérieur pour l'accueil des pélerins.

3- Le logement de l'apothicaire et du boulanger-cuisinier, avec un four à pain de grande dimension parfaitement conservé.

4- Trois fermes voisines, "A Meste", "Chevalier", "Au Castet", reflet de l'organisation hiérarchique militaire de l'Ordre des Hospitaliers.

5- L'église actuelle (vers 1890), dédiée à Saint-Jean-Baptiste, fait suite en position inversée mais sur le même emplacement, à une ancienne église construite par les Hospitaliers (XVIIe), entourée du cimetière et proche de la maison du presbytère qui existe toujours. Auparavant, le "Cartulaire de la cathédrale de Dax", publié en 2004, cite au XI-XIIe, "Sanctus Johanes Eziur". Ces deux dernières églises sont décrites l'une et l'autre dans des procès-verbaux de visite des Commissaires Hospitaliers en 1542 et 1693. (Arch.Dép. Haute-Garonne-Fonds de Malte) aimablement communiqués par Mme B.Suau.

Tous ces éléments constituent un ensemble rare, cohérent, bien conservé, sans grandes modifications depuis les origines et qui mérite de retenir l'attention.

Renseignements et visites: M.Grangé
Tél: 05.58.48.08.49

  • Noté actuellement 0 étoile(s) sur 5.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note: 0/5 (0 votes exprimés)

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !